Cookie Settings
 
Dyslipidémies

2022-01-12

3 MIN DE LECTURE

Les effets secondaires musculaires des statines : que dit la littérature ?

Les effets secondaires musculaires les plus fréquents associés aux statines sont les symptômes musculaires. Les données de la littérature montrent que leur incidence est plus faible dans les essais contrôlés randomisés que dans les études observationnelles.

Les symptômes musculaires associés aux statines (en anglais “statin-associated muscle symptoms” ou SAMS) sont un ensemble de symptômes musculaires qui apparaissent à la suite de l'initiation ou de l'augmentation d'un traitement par statine(1). Ces symptômes sont retrouvés chez 5 à 29 % des patients traités par statine(1-3) pouvant conduire à la non-observance ou à l'arrêt du traitement et à un risque cardiovasculaire plus élevé pour ces patients(2).

Symptômes musculaires dans les données issues des essais randomisés

La méta-analyse de Davis JW. et al, publiée dans le BMJ Open en 2021(2), a estimé le risque de SAMS selon l'intensité du traitement par statine. Sur près de 3000 publications identifiées, 24 ont satisfait les critères d’éligibilités à savoir essais randomisés contrôlés en double aveugle comparant statine vs placebo ou comparant des doses ou intensités de statines différentes parmi lesquels 23 essais faisant état de SAMS. Pour les symptômes rapportés par les patients, il y avait des augmentations non significatives des SAMS entre le placebo et le traitement d'intensité modérée et des augmentations significatives entre le traitement d'intensité modérée et le traitement d'intensité élevée.

Symptômes musculaires dans les données de vie réelle

L'étude rétrospective italienne PROSISA, publiée dans le Journal of Internal Medicine en 2021(3), avait pour objectif principal d'évaluer la prévalence de l'intolérance aux statines, due à des symptômes musculaires, dans une cohorte de patients dyslipidémiques dans un contexte de vie réelle chez plus de 16 700 patients traités par statines. Pendant le traitement par statine, 9,6 % des patients ont signalé un SAMS. Les femmes et les patients physiquement actifs étaient plus susceptibles de déclarer un SAMS. La présence d'un diabète de type 2, l'utilisation concomitante de médicaments hypolipémiants qui ne sont pas des statines, l'utilisation de statines de forte intensité et l'utilisation de médicaments susceptibles d'interagir avec d’autres traitements étaient associés à une probabilité moindre de déclarer un SAMS.

CONCLUSION : Les données disponibles montrent que l'incidence rapportée des SAMS est systématiquement plus faible dans les essais contrôlés randomisés que dans les études observationnelles. Ces résultats soulignent la nécessité d'une meilleure prise en charge des SAMS afin de contrôler au mieux le risque cardiovascuaire chez ces patients.

 

Références :

1. Villoz F. et al. Tolerability of statin-based management of patients with a history of statin-associated muscle symptoms: protocol for a systematic review. BMJ Open 2021;11:e052341

2. Davis JW. et al. Intensity of statin therapy and muscle symptoms: a network meta-analysis of 153 000 patients. BMJ Open 2021;11:e043714

3. Casula M. et al. Reported muscle symptoms during statin treatment amongst Italian dyslipidaemic patients in the real-life setting: the PROSISA Study. J Intern Med 2021; 290: 116–128

FR-EZA-115077 – Janvier 2022

Ce contenu vous intéresse ? Finalisez sans attendre votre inscription en cliquant sur le bouton « Se connecter »